Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
L'association
Activités
Publications
Onomastique
Documentation
Aide à...

IMPORTANT

Pour devenir membre de ce site et avoir ainsi accès aux documents privés (comptes rendus des Conseils et des A.G.), il faut obligatoirement être déjà adhérent de la SFO. Merci de consulter dans la partie "L'association" (sur la gauche de l'écran) la rubrique "Adhésion" >>> Adhérer à la SFO.

Pour adresser une proposition d'article pour la NRO, consulter la rubrique Publications >>> NRO >>> Présentation>>>


Les 10 dernières nouvelles
logos_nouvelles/logo_colloque.jpgXVIIIe Colloque d'Onomastique - le 28/03/2017 23:56

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ONOMASTIQUE

(Paris, Archives nationales)

en partenariat avec l’


Université de Toulouse - Jean Jaurès

******

XVIIIe COLLOQUE D’ONOMASTIQUE

sous la présidence de M. Loïc DEPECKER

Délégué général à la langue française et aux langues de France

*****

THÈMES


1/ Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique           

2/ Onomastique occitane - Onomastica occitana

******

Date : 17-20 janvier 2018

Lieux : Université de Toulouse - Jean Jaurès
5 allée Antonio Machado
 31000 Toulouse


Bibliothèque d’Études méridionales (BEM)
56, rue du Taur
31000 TOULOUSE

******
Première circulaire


Après Paris, c’est Toulouse qui accueillera en 2018 le colloque international qu’organise tous les deux ans la Société française d’onomastique. Cette manifestation scientifique, qui se déroulera du 17 au 20 janvier 2018, à l’Université de Toulouse, et en partenariat avec cet établissement, sera consacrée à la terminologie onomastique et à l’onomastique occitane.


1) Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique

La tradition onomastique a consacré des catégories, aussi bien en anthroponymie (noms d’origine, noms de métiers, sobriquets, patronymes et matronymes, etc.) qu’en toponymie (micro/macrotoponymes, oronymes, hydronymes, hagiotoponymes, agronymes, etc).
Le colloque se propose d’examiner la pertinence scientifique de ces catégories, les relations qu’elles entretiennent, et les conditions dans lesquelles certains éléments passent de l’une à l’autre.
On pourra étudier, en particulier, le passage des éléments du lexique commun au statut d’appellatifs, et à celui de toponymes ou d’anthroponymes, de toponymes à anthroponymes, d’anthroponymes à toponymes, etc. On ne s’interdira pas, dans ce cadre, de porter un regard critique sur les théories ou les descriptions fondées sur le passage systématique d’une catégorie à une autre.


2) Onomastique occitane - Onomastica occitana

Le domaine occitan est central dans la Romania continua et les études d’onomastique ne peuvent pas échapper à cette centralité. Depuis les documents anciens jusqu’aux enregistrements recueillis au XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, la masse documentaire est énorme, en particulier celle qu’offrent la patronymie et la microtoponymie.
Nous invitons les chercheurs à rendre compte de la profusion et de la diversité des sources, qu’elles soient écrites ou orales, dans leurs analyses du patrimoine onomastique des régions occitanes.
Il se trouve par ailleurs que la Région dont Toulouse est la capitale vient de prendre officiellement le nom d’Occitanie, suscitant à la fois intérêt et débats. Cet événement donnera l’occasion de s’interroger sur l’emploi du terme ‛occitan’, son acception et son acceptation sociale à différentes époques.
Enfin la tenue du colloque dans la capitale occitane peut être l’occasion d’une réflexion sur les modalités de la notation et de la valorisation du patrimoine onomastique occitan comme une partie intégrante de la culture d’oc.
L’étude des données onomastiques d’oc, l’accueil et le statut des termes occitan et Occitanie, l’usage social de la toponymie en pays d’oc sont donc les trois perspectives, éventuellement combinées, autour desquelles nous invitons les chercheurs à présenter leurs travaux et à contribuer ainsi à l’actualisation et la valorisation de notre discipline au sein des sciences humaines.

******

Ce colloque est avant tout une réunion scientifique destinée à faire état des recherches en cours en onomastique et à susciter l’innovation théorique et méthodologique. Toutefois, les organisateurs souhaitent favoriser l’ouverture vers un public cultivé non spécialiste s’intéressant au patrimoine onomastique et soucieux de mieux le connaître. Les chercheurs qui répondront au présent appel à communication sont invités à tenir compte de ce niveau d’exigence comme de ce souci d’ouverture.


******


Les propositions de communication, accompagnées d’un résumé de 10 lignes maximum, et d’une bibliographie sont à expédier de préférence par courriel, avant le 31 mai 2017, à l’adresse suivante : 

Mme Sylvie LEJEUNE
Secrétaire de la Société française d’Onomastique
23 allée des Pelouses d’Ascot
33270 BOULIAC
Courriel : sylvie.lejeune-modi@wanadoo.fr

*****

Une deuxième circulaire, diffusée en septembre 2017, établira un préprogramme et fournira aux participants toutes les informations utiles à leur séjour à Toulouse.


**********

Lire la suite Lire la suite

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ONOMASTIQUE

(Paris, Archives nationales)

en partenariat avec l’


Université de Toulouse - Jean Jaurès

******

XVIIIe COLLOQUE D’ONOMASTIQUE

sous la présidence de M. Loïc DEPECKER

Délégué général à la langue française et aux langues de France

*****

THÈMES


1/ Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique           

2/ Onomastique occitane - Onomastica occitana

******

Date : 17-20 janvier 2018

Lieux : Université de Toulouse - Jean Jaurès
5 allée Antonio Machado
 31000 Toulouse


Bibliothèque d’Études méridionales (BEM)
56, rue du Taur
31000 TOULOUSE

******
Première circulaire


Après Paris, c’est Toulouse qui accueillera en 2018 le colloque international qu’organise tous les deux ans la Société française d’onomastique. Cette manifestation scientifique, qui se déroulera du 17 au 20 janvier 2018, à l’Université de Toulouse, et en partenariat avec cet établissement, sera consacrée à la terminologie onomastique et à l’onomastique occitane.


1) Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique

La tradition onomastique a consacré des catégories, aussi bien en anthroponymie (noms d’origine, noms de métiers, sobriquets, patronymes et matronymes, etc.) qu’en toponymie (micro/macrotoponymes, oronymes, hydronymes, hagiotoponymes, agronymes, etc).
Le colloque se propose d’examiner la pertinence scientifique de ces catégories, les relations qu’elles entretiennent, et les conditions dans lesquelles certains éléments passent de l’une à l’autre.
On pourra étudier, en particulier, le passage des éléments du lexique commun au statut d’appellatifs, et à celui de toponymes ou d’anthroponymes, de toponymes à anthroponymes, d’anthroponymes à toponymes, etc. On ne s’interdira pas, dans ce cadre, de porter un regard critique sur les théories ou les descriptions fondées sur le passage systématique d’une catégorie à une autre.


2) Onomastique occitane - Onomastica occitana

Le domaine occitan est central dans la Romania continua et les études d’onomastique ne peuvent pas échapper à cette centralité. Depuis les documents anciens jusqu’aux enregistrements recueillis au XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, la masse documentaire est énorme, en particulier celle qu’offrent la patronymie et la microtoponymie.
Nous invitons les chercheurs à rendre compte de la profusion et de la diversité des sources, qu’elles soient écrites ou orales, dans leurs analyses du patrimoine onomastique des régions occitanes.
Il se trouve par ailleurs que la Région dont Toulouse est la capitale vient de prendre officiellement le nom d’Occitanie, suscitant à la fois intérêt et débats. Cet événement donnera l’occasion de s’interroger sur l’emploi du terme ‛occitan’, son acception et son acceptation sociale à différentes époques.
Enfin la tenue du colloque dans la capitale occitane peut être l’occasion d’une réflexion sur les modalités de la notation et de la valorisation du patrimoine onomastique occitan comme une partie intégrante de la culture d’oc.
L’étude des données onomastiques d’oc, l’accueil et le statut des termes occitan et Occitanie, l’usage social de la toponymie en pays d’oc sont donc les trois perspectives, éventuellement combinées, autour desquelles nous invitons les chercheurs à présenter leurs travaux et à contribuer ainsi à l’actualisation et la valorisation de notre discipline au sein des sciences humaines.

******

Ce colloque est avant tout une réunion scientifique destinée à faire état des recherches en cours en onomastique et à susciter l’innovation théorique et méthodologique. Toutefois, les organisateurs souhaitent favoriser l’ouverture vers un public cultivé non spécialiste s’intéressant au patrimoine onomastique et soucieux de mieux le connaître. Les chercheurs qui répondront au présent appel à communication sont invités à tenir compte de ce niveau d’exigence comme de ce souci d’ouverture.


******


Les propositions de communication, accompagnées d’un résumé de 10 lignes maximum, et d’une bibliographie sont à expédier de préférence par courriel, avant le 31 mai 2017, à l’adresse suivante : 

Mme Sylvie LEJEUNE
Secrétaire de la Société française d’Onomastique
23 allée des Pelouses d’Ascot
33270 BOULIAC
Courriel : sylvie.lejeune-modi@wanadoo.fr

*****

Une deuxième circulaire, diffusée en septembre 2017, établira un préprogramme et fournira aux participants toutes les informations utiles à leur séjour à Toulouse.


**********

Fermer Fermer


logos_nouvelles/logo_sfo.jpgPour contacter la SFO - le 28/03/2017 23:40

Présentation du Centre d’Onomastique – Centre de sigillographie et d’héraldique aux Archives nationales : fichier pdf >>>

Lire la suite Lire la suite

Présentation du Centre d’Onomastique – Centre de sigillographie et d’héraldique aux Archives nationales : fichier pdf >>>

Fermer Fermer


SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'ONOMASTIQUE

Paris, le 1er février 2017


Les noms des nouvelles régions et des nouvelles communes

Les nouvelles Régions ou les nouvelles communes, résultant d’un regroupement de collectivités régionales ou locales antérieures, sont confrontées à des choix difficiles pour trouver le nom qui les désignera officiellement. En effet comment parvenir à un accord sur un nom qui soit à la fois représentatif de l’ensemble des territoires concernés, susceptible de dire et porter une identité commune et facile à employer aussi bien par les responsables politiques et administratifs que par les simples citoyens ? C’est pourquoi la Société Française d’Onomastique (SFO) a considéré qu’il était de sa compétence et de sa responsabilité d’engager une réflexion sur ce sujet et de donner des avis sur les dénominations proposées ou en cours d’attribution dans l’un et l’autre cas.

En ce qui concerne le nom d’Occitanie qui a été choisi récemment par le Conseil de la Région regroupant les anciennes Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées à la suite d’une consultation populaire, la SFO tient à présenter les observations suivantes. Il est certain que le choix de ce nom peut être justifié par des considérations historiques. Le nom d’Occitania en latin commence à désigner le territoire de la nouvelle province française, le Languedoc, dès la première moitié du XIVe siècle et plus tard, à partir de 1634, les États du Languedoc auront tendance à nommer Occitania leur territoire. Mais évidemment cela exclut de fait la Catalogne française qui fait pourtant partie de la nouvelle Région. Et surtout il faut bien voir que depuis l’Ancien Régime le contenu sémantique de ce mot Occitanie a beaucoup évolué. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le terme d’Occitanie est lié étroitement à occitan, langue occitane ou langue d’oc. Il désigne l’ensemble des territoires dans lesquels la langue occitane s’est développée et vit toujours, dans des réalisations très diverses. Par conséquent réserver l’emploi de ce mot à l’appellation d’une seule région du domaine occitan nous paraîtrait donner l’impression que les Gascons, les Auvergnats, les Aquitains, les Limousins, les Provençaux… ne sont pas des Occitans. Et dans certaines régions, comme la Provence, cela pourrait malheureusement conforter la position de ceux qui refusent ce terme d’occitan pour désigner les parlers de leur région, opposent le provençal à l’occitan en prétendant que ce sont deux langues d’oc différentes et pratiquent ainsi un repli identitaire néfaste.

La SFO a pris acte de ce qu’une signature « Pyrénées-Méditerranée » serait apportée. Mais il et à craindre que cela ne change pas grand-chose. Dans la pratique, c’est évidemment le titre Occitanie qui sera seul utilisé et s’imposera.

En définitive, tout en reconnaissant que la dénomination d’une nouvelle entité territoriale est une tâche ardue, la SFO considère que d’une façon générale il peut être dangereux de recourir à des noms qui sont certes prestigieux et fortement symboliques, mais qui sont historiquement datés et ne correspondent plus du tout ou ne correspondent que partiellement aux réalités de notre temps. Il semble que ce soit le cas du choix d’Occitanie.

En ce qui concerne les nouvelles communes, la SFO regrette que les nombreuses fusions intervenues depuis quelques années s’accompagnent trop souvent de créations toponymiques plus ou moins fantaisistes, alors qu’elles entraînent par contrecoup la disparition de noms vieux de plusieurs siècles voire deux ou trois millénaires. Comment ne pas s’étonner, en effet, de la promotion de noms à but mercantile, comme Kaysersberg Vignoble (Haut-Rhin), Aÿ-Champagne (Marne) ou pire, Vallées en Champagne (Aisne), ou à vocation principalement touristique, comme Palmas d’Aveyron (Aveyron), Val de Vignes (Charente), ou encore à visée propitiatoire comme Capavenir Vosges (Vosges) ? Comment ne pas s’offusquer devant des modes de formation totalement aléatoires consistant, entre autres, à tronquer des noms existants pour les rabouter dans des assemblages qui confinent parfois au ridicule, la palme étant (provisoirement sans doute, hélas) attribuable à Hypercourt (Somme), qui résulte de la soudure de segments prélevés sur Hyencourt, Pertain et Omiécourt !

Ainsi, la totale liberté accordée aux conseils municipaux, la discrétion des garde-fous administratifs et institutionnels qui filtraient naguère encore les propositions, l’atonie des autorités préfectorales devant ces mutations débouchent-elles sur une sorte d’anarchie dénominative, qui se manifeste aussi dans l’ignorance ou le mépris des règles formelles qui régissent la graphie des noms de communes, en particulier l’usage des majuscules et des traits d’union, ce dont témoigne le stupéfiant Bairon et ses environs (Ardennes).

Comment ne pas déplorer par ailleurs que ces créations plus ou moins fantaisistes provoquent la disparition de noms vénérables installés depuis des siècles : ainsi, des dizaines de toponymes formés à l’aide d’un nom de saint, et pour la plupart fixés dès le début du Moyen Âge, sont-ils menacés ; plus regrettable encore, la disparition de traces - parfois les seules d’ailleurs - d’établissement gaulois, comme Balesme-sur-Marne (Haute-Marne), qui conservait le souvenir de la déesse Belisama.

Faut-il rappeler que les noms de lieux, transmis par le vecteur des langues nationale et régionales, constituent une composante importante du patrimoine culturel immatériel, et qu’ils méritent à ce titre d’être protégés et sauvegardés ? Faut-il rappeler encore que les noms de lieux, comme les noms de personnes, ont été forgés, pour leur immense majorité, avant le XVIe siècle, et qu’ils ont été attribués en fonction du relief, de la végétation, de la nature des sols, de leur utilisation et de leur mise en valeur, mais encore de l’habitat, de la vie sociale, des croyances, témoignant ainsi de la façon dont les hommes ont perçu leur environnement, et constituant de véritables documents sur l’histoire des paysages, l’impact de l’anthropisation, et les mentalités de ceux qui les ont nommés ? Faut-il rappeler enfin que les noms nous renseignent sur la situation linguistique des lieux où ils se sont fixés, et que les toponymes peuvent être de précieux indicateurs pour la compréhension du fonctionnement des langues ainsi que pour la restitution de leur lexique, comme c’est la cas entre autres pour le gaulois ? Précieux indices d’une histoire et d’une culture, les noms de lieux constituent une composante de l’identité des territoires, et pour une part, de celle des hommes qui les habitent, qui les animent et qui les façonnent par leur travail.

Ce n’est d’ailleurs pas tant le phénomène lui-même que son accélération brutale, observée depuis 2015, et la frénésie dénominative l’accompagnant qui justifient notre inquiétude, puisque pour la seule année 2016, la création de 324 noms a entraîné la disparition

de 1097 noms préexistants. Le mouvement de fusion de communes, encouragé par les pouvoirs publics, n’est sans doute pas près de se tarir, et risque au contraire de s’amplifier dans les mois et les années à venir : il ne doit pas se traduire par une dégradation du patrimoine toponymique, et la SFO demande instamment que des solutions raisonnables et de bon aloi, qui existent, soient mises en oeuvre afin de préserver l’intégrité culturelle de ce patrimoine.
 

Le Président de la Société Française d’Onomastique,

Michel Tamine

Lire la suite Lire la suite

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'ONOMASTIQUE

Paris, le 1er février 2017


Les noms des nouvelles régions et des nouvelles communes

Les nouvelles Régions ou les nouvelles communes, résultant d’un regroupement de collectivités régionales ou locales antérieures, sont confrontées à des choix difficiles pour trouver le nom qui les désignera officiellement. En effet comment parvenir à un accord sur un nom qui soit à la fois représentatif de l’ensemble des territoires concernés, susceptible de dire et porter une identité commune et facile à employer aussi bien par les responsables politiques et administratifs que par les simples citoyens ? C’est pourquoi la Société Française d’Onomastique (SFO) a considéré qu’il était de sa compétence et de sa responsabilité d’engager une réflexion sur ce sujet et de donner des avis sur les dénominations proposées ou en cours d’attribution dans l’un et l’autre cas.

En ce qui concerne le nom d’Occitanie qui a été choisi récemment par le Conseil de la Région regroupant les anciennes Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées à la suite d’une consultation populaire, la SFO tient à présenter les observations suivantes. Il est certain que le choix de ce nom peut être justifié par des considérations historiques. Le nom d’Occitania en latin commence à désigner le territoire de la nouvelle province française, le Languedoc, dès la première moitié du XIVe siècle et plus tard, à partir de 1634, les États du Languedoc auront tendance à nommer Occitania leur territoire. Mais évidemment cela exclut de fait la Catalogne française qui fait pourtant partie de la nouvelle Région. Et surtout il faut bien voir que depuis l’Ancien Régime le contenu sémantique de ce mot Occitanie a beaucoup évolué. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le terme d’Occitanie est lié étroitement à occitan, langue occitane ou langue d’oc. Il désigne l’ensemble des territoires dans lesquels la langue occitane s’est développée et vit toujours, dans des réalisations très diverses. Par conséquent réserver l’emploi de ce mot à l’appellation d’une seule région du domaine occitan nous paraîtrait donner l’impression que les Gascons, les Auvergnats, les Aquitains, les Limousins, les Provençaux… ne sont pas des Occitans. Et dans certaines régions, comme la Provence, cela pourrait malheureusement conforter la position de ceux qui refusent ce terme d’occitan pour désigner les parlers de leur région, opposent le provençal à l’occitan en prétendant que ce sont deux langues d’oc différentes et pratiquent ainsi un repli identitaire néfaste.

La SFO a pris acte de ce qu’une signature « Pyrénées-Méditerranée » serait apportée. Mais il et à craindre que cela ne change pas grand-chose. Dans la pratique, c’est évidemment le titre Occitanie qui sera seul utilisé et s’imposera.

En définitive, tout en reconnaissant que la dénomination d’une nouvelle entité territoriale est une tâche ardue, la SFO considère que d’une façon générale il peut être dangereux de recourir à des noms qui sont certes prestigieux et fortement symboliques, mais qui sont historiquement datés et ne correspondent plus du tout ou ne correspondent que partiellement aux réalités de notre temps. Il semble que ce soit le cas du choix d’Occitanie.

En ce qui concerne les nouvelles communes, la SFO regrette que les nombreuses fusions intervenues depuis quelques années s’accompagnent trop souvent de créations toponymiques plus ou moins fantaisistes, alors qu’elles entraînent par contrecoup la disparition de noms vieux de plusieurs siècles voire deux ou trois millénaires. Comment ne pas s’étonner, en effet, de la promotion de noms à but mercantile, comme Kaysersberg Vignoble (Haut-Rhin), Aÿ-Champagne (Marne) ou pire, Vallées en Champagne (Aisne), ou à vocation principalement touristique, comme Palmas d’Aveyron (Aveyron), Val de Vignes (Charente), ou encore à visée propitiatoire comme Capavenir Vosges (Vosges) ? Comment ne pas s’offusquer devant des modes de formation totalement aléatoires consistant, entre autres, à tronquer des noms existants pour les rabouter dans des assemblages qui confinent parfois au ridicule, la palme étant (provisoirement sans doute, hélas) attribuable à Hypercourt (Somme), qui résulte de la soudure de segments prélevés sur Hyencourt, Pertain et Omiécourt !

Ainsi, la totale liberté accordée aux conseils municipaux, la discrétion des garde-fous administratifs et institutionnels qui filtraient naguère encore les propositions, l’atonie des autorités préfectorales devant ces mutations débouchent-elles sur une sorte d’anarchie dénominative, qui se manifeste aussi dans l’ignorance ou le mépris des règles formelles qui régissent la graphie des noms de communes, en particulier l’usage des majuscules et des traits d’union, ce dont témoigne le stupéfiant Bairon et ses environs (Ardennes).

Comment ne pas déplorer par ailleurs que ces créations plus ou moins fantaisistes provoquent la disparition de noms vénérables installés depuis des siècles : ainsi, des dizaines de toponymes formés à l’aide d’un nom de saint, et pour la plupart fixés dès le début du Moyen Âge, sont-ils menacés ; plus regrettable encore, la disparition de traces - parfois les seules d’ailleurs - d’établissement gaulois, comme Balesme-sur-Marne (Haute-Marne), qui conservait le souvenir de la déesse Belisama.

Faut-il rappeler que les noms de lieux, transmis par le vecteur des langues nationale et régionales, constituent une composante importante du patrimoine culturel immatériel, et qu’ils méritent à ce titre d’être protégés et sauvegardés ? Faut-il rappeler encore que les noms de lieux, comme les noms de personnes, ont été forgés, pour leur immense majorité, avant le XVIe siècle, et qu’ils ont été attribués en fonction du relief, de la végétation, de la nature des sols, de leur utilisation et de leur mise en valeur, mais encore de l’habitat, de la vie sociale, des croyances, témoignant ainsi de la façon dont les hommes ont perçu leur environnement, et constituant de véritables documents sur l’histoire des paysages, l’impact de l’anthropisation, et les mentalités de ceux qui les ont nommés ? Faut-il rappeler enfin que les noms nous renseignent sur la situation linguistique des lieux où ils se sont fixés, et que les toponymes peuvent être de précieux indicateurs pour la compréhension du fonctionnement des langues ainsi que pour la restitution de leur lexique, comme c’est la cas entre autres pour le gaulois ? Précieux indices d’une histoire et d’une culture, les noms de lieux constituent une composante de l’identité des territoires, et pour une part, de celle des hommes qui les habitent, qui les animent et qui les façonnent par leur travail.

Ce n’est d’ailleurs pas tant le phénomène lui-même que son accélération brutale, observée depuis 2015, et la frénésie dénominative l’accompagnant qui justifient notre inquiétude, puisque pour la seule année 2016, la création de 324 noms a entraîné la disparition

de 1097 noms préexistants. Le mouvement de fusion de communes, encouragé par les pouvoirs publics, n’est sans doute pas près de se tarir, et risque au contraire de s’amplifier dans les mois et les années à venir : il ne doit pas se traduire par une dégradation du patrimoine toponymique, et la SFO demande instamment que des solutions raisonnables et de bon aloi, qui existent, soient mises en oeuvre afin de préserver l’intégrité culturelle de ce patrimoine.
 

Le Président de la Société Française d’Onomastique,

Michel Tamine

Fermer Fermer


Pour donner suite à la conférence de M. Roger Brunet à la SFO, vous trouverez ci-dessous les références de l'ouvrage qu'il a présenté :

Trésor du terroir - Les noms de lieux de la France

CNRS Editions (publié le 18/08/2016)

ISBN : 978-2-271-08816-1

Cet ouvrage peut être commandé sur internet (site du C.N.R.S.)  ou en librairie (coût : 39 euros).

Lire la suite Lire la suite

Pour donner suite à la conférence de M. Roger Brunet à la SFO, vous trouverez ci-dessous les références de l'ouvrage qu'il a présenté :

Trésor du terroir - Les noms de lieux de la France

CNRS Editions (publié le 18/08/2016)

ISBN : 978-2-271-08816-1

Cet ouvrage peut être commandé sur internet (site du C.N.R.S.)  ou en librairie (coût : 39 euros).

Fermer Fermer


logos_nouvelles/logo_nro.jpg  Sommaire de la NRO 57 - le 08/02/2017 21:28

La publication des sommaires de la NRO (Nouvelle revue d'onomastique) continue.
Le sommaire du numéro 57 (2015) de la NRO est en ligne.

Il peut être consulté dans la rubrique Publications >> N.R.O.│Sommaires >>> NRO 57 >>>

Lire la suite Lire la suite

La publication des sommaires de la NRO (Nouvelle revue d'onomastique) continue.
Le sommaire du numéro 57 (2015) de la NRO est en ligne.

Il peut être consulté dans la rubrique Publications >> N.R.O.│Sommaires >>> NRO 57 >>>

Fermer Fermer


La Société française d’onomastique (SFO) a pour but de « favoriser l’avancement de la science dans le domaine de la toponymie et de l’anthroponymie, de coordonner les travaux des spécialistes de ces disciplines […]. » Depuis 1983, pour mener à bien sa mission, elle publie tous les ans une revue qui a pour titre la Nouvelle Revue d’Onomastique.

Si les propositions d’article en toponymie et en anthroponymie sont nombreuses, le comité de rédaction de la NRO constate avec regret que l’onomastique littéraire est délaissée et n’est guère représentée dans ses divers numéros. En l’espace de plus de trente ans, on dénombre ainsi moins d’une trentaine d’études, consacrées aussi bien à la Chanson des Saisnes de Jehan Bodel qu’aux œuvres de George Sand, René Char, Raymond Queneau ou Saint-John Perse (voir www.onomastique.asso.fr). Devant un tel constat, les chercheurs sont invités à nous faire parvenir des articles ayant trait à l’usage des noms propres en littérature.

Par ailleurs, le Comité de rédaction de la NRO souhaite thématiser une partie de la revue dès 2017 : le thème retenu pour cette année est la toponymie urbaine. Les auteurs s’intéressant à l’une des multiples facettes de la toponymie urbaine (noms de rues et de voies bien entendu, mais aussi de quartiers, de monuments, d’établissements scolaires, etc.), à ses implications linguistiques, historiques, sociologiques, politiques, etc., mais aussi à son rôle dans la construction mémorielle et identitaire, sont donc invités à proposer le résultat de leurs recherches. Seront également bienvenus les travaux relatifs aux créations toponymiques contemporaines qu’implique l’expansion urbaine, mais qui résultent aussi de la fusion de nombreuses communes depuis quelques années.

Les articles en question ne devront pas excéder 35 pages (caractères Times New Roman, 12, interligne simple). Ils devront également répondre aux consignes tapuscrites indiquées sur le site internet de la SFO >>>

Les articles sont à transmettre à l’adresse suivante : stephanegendron@wanadoo.fr

Lire la suite Lire la suite

La Société française d’onomastique (SFO) a pour but de « favoriser l’avancement de la science dans le domaine de la toponymie et de l’anthroponymie, de coordonner les travaux des spécialistes de ces disciplines […]. » Depuis 1983, pour mener à bien sa mission, elle publie tous les ans une revue qui a pour titre la Nouvelle Revue d’Onomastique.

Si les propositions d’article en toponymie et en anthroponymie sont nombreuses, le comité de rédaction de la NRO constate avec regret que l’onomastique littéraire est délaissée et n’est guère représentée dans ses divers numéros. En l’espace de plus de trente ans, on dénombre ainsi moins d’une trentaine d’études, consacrées aussi bien à la Chanson des Saisnes de Jehan Bodel qu’aux œuvres de George Sand, René Char, Raymond Queneau ou Saint-John Perse (voir www.onomastique.asso.fr). Devant un tel constat, les chercheurs sont invités à nous faire parvenir des articles ayant trait à l’usage des noms propres en littérature.

Par ailleurs, le Comité de rédaction de la NRO souhaite thématiser une partie de la revue dès 2017 : le thème retenu pour cette année est la toponymie urbaine. Les auteurs s’intéressant à l’une des multiples facettes de la toponymie urbaine (noms de rues et de voies bien entendu, mais aussi de quartiers, de monuments, d’établissements scolaires, etc.), à ses implications linguistiques, historiques, sociologiques, politiques, etc., mais aussi à son rôle dans la construction mémorielle et identitaire, sont donc invités à proposer le résultat de leurs recherches. Seront également bienvenus les travaux relatifs aux créations toponymiques contemporaines qu’implique l’expansion urbaine, mais qui résultent aussi de la fusion de nombreuses communes depuis quelques années.

Les articles en question ne devront pas excéder 35 pages (caractères Times New Roman, 12, interligne simple). Ils devront également répondre aux consignes tapuscrites indiquées sur le site internet de la SFO >>>

Les articles sont à transmettre à l’adresse suivante : stephanegendron@wanadoo.fr

Fermer Fermer


La prochaine conférence de la S.F.O. se déroulera le lundi 16 janvier 2017, à 15 h, à la salle d’Albâtre du CARAN (Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales), 11 rue des Quatre-Fils, Paris 3e (Métro Rambuteau).

Roger Brunet (CNRS), auteur de Trésor du terroir : Les noms de lieux de la France (2016) : Que peut dire un géographe sur la toponymie de la France ?

Le géographe étudie des lieux dans leur singularité, leur environnement et leurs communautés. Sa question fondamentale est : pourquoi est-ce là ainsi ? Les noms des lieux font partie de ses curiosités : pourquoi ce nom, qu'a-t-on voulu exprimer par là ? Ce travail a visé à mettre en rapport les toponymes avec les raisons de nommer, et donc à chercher la relation entre les qualités ou les apparences des sites nommés et les motivations et les besoins de ceux qui les ont nommés : habiter, circuler, mettre en valeur, se repérer, se défendre, gérer, etc. La mise en situation de toponymes par le terrain et les cartes, l'analyse des changements de noms, permettent, dans une certaine mesure, d'ajouter des indices et des hypothèses, parfois des doutes, à certaines des innombrables questions d'interprétation du sens de noms de lieux dont débattent les différents spécialistes.

Lire la suite Lire la suite

La prochaine conférence de la S.F.O. se déroulera le lundi 16 janvier 2017, à 15 h, à la salle d’Albâtre du CARAN (Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales), 11 rue des Quatre-Fils, Paris 3e (Métro Rambuteau).

Roger Brunet (CNRS), auteur de Trésor du terroir : Les noms de lieux de la France (2016) : Que peut dire un géographe sur la toponymie de la France ?

Le géographe étudie des lieux dans leur singularité, leur environnement et leurs communautés. Sa question fondamentale est : pourquoi est-ce là ainsi ? Les noms des lieux font partie de ses curiosités : pourquoi ce nom, qu'a-t-on voulu exprimer par là ? Ce travail a visé à mettre en rapport les toponymes avec les raisons de nommer, et donc à chercher la relation entre les qualités ou les apparences des sites nommés et les motivations et les besoins de ceux qui les ont nommés : habiter, circuler, mettre en valeur, se repérer, se défendre, gérer, etc. La mise en situation de toponymes par le terrain et les cartes, l'analyse des changements de noms, permettent, dans une certaine mesure, d'ajouter des indices et des hypothèses, parfois des doutes, à certaines des innombrables questions d'interprétation du sens de noms de lieux dont débattent les différents spécialistes.

Fermer Fermer


Les actes des journées Géolocalisation et sources anciennes de Dijon sont disponibles sous un nouveau format, via le site de l'éditeur i6doc.com en cliquant ici >>>

Ce nouveau format d'impression à la demande, dans la collection Bucema Hors-série, complète la mise en ligne sur Revues.org >>>

Lire la suite Lire la suite

Les actes des journées Géolocalisation et sources anciennes de Dijon sont disponibles sous un nouveau format, via le site de l'éditeur i6doc.com en cliquant ici >>>

Ce nouveau format d'impression à la demande, dans la collection Bucema Hors-série, complète la mise en ligne sur Revues.org >>>

Fermer Fermer


logos_nouvelles/logo_nro.jpg  Sommaire de la NRO 27-28 - le 16/12/2016 13:00

La publication des sommaires de la NRO (Nouvelle revue d'onomastique) continue.
Le sommaire du numéro 27-28 (1996) de la NRO est en ligne.

Il peut être consulté dans la rubrique Publications >> N.R.O.│Sommaires >>> NRO 27-28 >>>

Lire la suite Lire la suite

La publication des sommaires de la NRO (Nouvelle revue d'onomastique) continue.
Le sommaire du numéro 27-28 (1996) de la NRO est en ligne.

Il peut être consulté dans la rubrique Publications >> N.R.O.│Sommaires >>> NRO 27-28 >>>

Fermer Fermer



Recherche
Recherche
Adhérents de la SFO

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Visites

 426008 visiteurs

 28 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :  Accueil